Destination : ,


Théâtre d'ombre

L’ombre de ton ombre

S’allonge.

Déjà la nuit

Vient poser son drap sur la vie.

Tout s’éteint, s’ensommeille,

Pourtant, même de si loin, sur toi je veille.

La pensée de ta douleur

En moi éveille la peur.

Je compte les heures,

Guette la lueur

Annonciatrice de l’aube

Apaisant l’angoisse qui me taraude.

Mais les heures s’attardent, inexorablement,

Laissant s’infiltrer en moi un doute dément.

Enfin le voici, ce magicien de jour,

Saupoudrant ma vie d’une once d’humour.

Dans son théâtre comique,

Il arrive avec son bouquet d’aubépine

Me redonnant l’espoir

De très vite te revoir.

griotte